SHARE

Le 28 juin 2015, un lanceur Falcon 9 de la société SpaceX, fondée par Elon Musk, explosait en vol moins de trois minutes après son lancement. La fusée emportait le module de fret Dragon qui devait ravitailler la station spatiale internationale ISS. L’échec vient tout juste d’être effacé, et même doublement, par la réussite du ravitaillement et la récupération du premier étage du lanceur.

Il y a deux jours tendance.info relayait un article publié par Philippe Silberzahn sur son blog. Ce spécialiste de l’innovation commentait un livre paru en début d’année sur Elon Musk. L’actualité du jour place une fois encore l’entrepreneur d’origine sud-africaine sous les projecteurs. En effet, le module de fret Dragon, qui avait été mis en orbite vendredi par le lanceur Falcon 9, s’est amarré aujourd’hui à la station spatiale internationale ISS, livrant les trois tonnes de matériels qu’il emportait.

L’avenir de la colonisation spatiale

Le chargement du module BEAM dans le cargo Dragon.
Parmi la cargaison de Dragon figure notamment le module d’habitation gonflable BEAM, développé par la société Bigelow Aerospace. Cet ensemble va être installé afin de tester pendant les deux prochaines années la viabilité de ce projet. Car BEAM devra démontrer sa résistance aux collisions et aux radiations, sa capacité d’isolation afin de maintenir la température de l’ISS, avant de devenir une solution d’avenir pour l’exploration spatiale. Beaucoup d’espoirs reposent sur ce projet puisque c’est une des solutions envisagées pour implanter des colonies humaines sur la Lune ou sur Mars, avec comme avantage majeur de diminuer l’encombrement lors de l’acheminement.

Un pas de plus pour Elon Musk vers la validation de son projet de lanceur low cost

Arrivée du premier étage de la fusée Falcon 9 sur la plateforme de récupération.
L’un des éléments clés dans la réussite économique du projet SpaceX, tel que l’a imaginé Elon Musk est de réussir à abaisser les coûts des lanceurs spatiaux. Ce sujet a déjà été couvert par tendances.info dans un précédent article. Jusqu’à présent les tentatives d’amerrissage contrôlée sur une plateforme maritime avaient échoué. Le 21 décembre 2015, un lanceur Falcon 9 avait réussi son retour, mais en atterrissant sur la terre ferme en Floride. Aussi la réussite vendredi dernier, 10 minutes après le lancement de la fusée, de la récupération du premier étage de Falcon 9 représente un réel succès pour Elon Musk. Il permet à SpaceX de rester dans la course à la mise au point de lanceurs réutilisables, alors que Blue Origin, la société du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, a pris un léger avantage le 22 janvier dernier en faisant revoler, et en récupérant, une fusée New Shepard. Si dans les faits Blue Origin est la première société à valider un lanceur réutilisable, le projet diffère cependant de celui développé par Elon Musk. Tout d’abord l’altitude atteinte par Blue Shepard est d’environ 100 km contre près du double pour Falcon 9. Ensuite New Shepard n’est pas aussi haute que les 70 mètres de Falcon 9. En soit, et sans enlever quoi que ce soit à la prouesse technique des ingénieurs de Blue Origin, il est plus facile de faire atterrir sur le sol ferme New Shepard, que de réussir la même chose avec Falcon 9 qui plus est sur une plateforme en mer, soumise au mouvement des vagues. Les deux projets se différencient également par leur finalité. Jeff Bezos cherche à valider un concept adapté aux vols habités, avec comme première étape des vols de 4 minutes dans l’espace pour touristes fortunés. Pendant ce temps, Elon Musk vise le marché du fret spatial, qui lui a déjà permis de décrocher un marché de 1,6 milliards de dollars auprès de la NASA. Si les deux projets ont un intérêt, celui de Space X a plus de chances de devenir rentable plus rapidement. Car malgré les réussites de Blue Origin, la validation de l’envoi de spationautes non professionnels va nécessiter de faire la preuve de l’absolu sécurité du projet. Avec ces deux succès du week-end, Elon Musk de son côté peut reprendre l’exécution du contrat de fret pour la station spatiale, et l’on peut parier que le projet lanceur sera composé du premier étage récupéré vendredi dernier.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here