SHARE

C’est un des mythes de la culture geek, mais, à l’inverse du monstre du Loch Ness, qui s’obstine à ne pas sortir de son lac, celui-ci risque bien d’émerger de l’océan d’idées estampillées Silicon Valley.

Selon le Wall Street Journal, Apple travaille effectivement à la création de la “voiture du XXIe siècle”. Sous le nom de “Titan”, le plus grand projet d’Apple depuis l’invention du Mac par Steve Jobs serait passé en phase de réalisation.

Selon le quotidien américain, « Apple espère marquer de son empreinte le marché de la voiture électrique, comme il l’a fait dans les smartphones avec l’iPhone. »

De nombreux analystes considèrent en effet que l’avenir de l’automobile passera nécessairement par le développement de moyens de transport à faible émission de gaz à effet de serre et d’un impact faible sur l’environnement.

Moteurs, châssis, carrosseries sortent bien sur des compétences maitrisées par Apple, mais, en matière d’électronique embarqué, la pomme a déjà posé des jalons : depuis mars 2014, Ferrari, Mercedes-Benz et Volvo ont adopté Carplay, l’interface développée par Cupertino pour intégrer les fonctionnalités de l’iPhone aux automobiles, capables désormais d’utiliser les fonctionnalités du smartphone, de parler à Siri ou d’utiliser les systèmes de navigation intégrés… BMW Ford, General Motors, Honda, PSA Peugeot Citroën, Subaru, Suzuki and Toyota seraient également sur les rangs pour, à court terme, intégrer l’interface dans leurs véhicules.

Des encouragements pour Tim Cook, l’actuel patron de la pomme, qui aurait donc décidé de passer à la vitesse supérieure et de mettre les moyens considérables de la firme, 155 milliards de dollars en cash, pour la création de sa propre voiture, déjà surnommée iCar.

L’intérêt d’Apple pour l’industrie automobile était devenu public avec sa tentative infructueuse de rachat de Tesla (du nom du grand et fantasque inventeur américain) qui occupe une place de leader dans le secteur des voitures électriques. Cet échec de prise d’intérêt dans cette firme est d’autant plus vexant pour Apple que Google est parvenu à investir dans Tesla et que son projet de Google Car est lui bien avancé, suffisamment en tout cas pour que des prototypes sans chauffeur soient déjà aperçus régulièrement sur les routes californiennes.

La conception et la réalisation des premiers modèles finalisés devraient prendre au moins cinq ans et, selon Blomberg, Apple prévoirait le lancement en 2020.

Dans l’intervalle, la fabrication de plusieurs centaines de prototypes serait d’ores et déjà programmée.

Plus de 200 personnes travailleraient à ce jour sur “Titan”, le programme étant dirigé par Steve Zadesky, un ancien de chez Ford, vivier de recrutement pour Apple.

Johann Jungwirth, le célèbre ancien patron du bureau de Recherche et Développement du constructeur allemand Mercedes-Benz compterait également au nombre des prises de guerre…

Apple débauche également chez Tesla ou chez A123 Systems, un fabricant de batteries hautes performances.

Apple offrirait ainsi une prime de 250000 dollars et une augmentation de salaire de 60% à ses nouvelles recrues. Une politique très offensive dénoncée par plusieurs sociétés américaines qui reprochent à Apple de chercher à accaparer leur savoir-faire.

Ainsi, 123 Systems a déposé plainte contre la société de Tim Cook : Apple encouragerait ses anciens employés à violer des clauses de confidentialité et de non-concurrence.

La guerre de la voiture du futur est donc engagée : après Tesla, Google et maintenant Apple, Uber s’est récemment déclaré prêt à développer lui aussi son modèle de voiture électrique et autonome…

Par Michel Delapierre

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here