SHARE

Si la question de la propulsion des voitures et de leur consommation a occupé une bonne part des annonces faites lors du Mondial de l’Automobile, les thèmes de la sécurité et du confort des véhicules n’a pas été en reste. La finesse du système de synthèse vocale qui permet de contrôler le dispositif multimédia de la nouvelle Audi TT a ainsi impressionné de nombreux observateurs. Reposant sur une technologie développée par la société Nuance, il permet de décrypter les phrases, malgré les accents et les problèmes de diction tout en offrant un système extrêmement flexible capable de comprendre plusieurs manières de poser une question. Nuance n’est pas un nouveau venu dans le domaine. Né en 2005 de la fusion entre ScanSoft (une société fondée à l’origine par Raymond Kurzweil, directeur de l’ingénierie de Google et ambassadeur du transhumanisme, qui éditait des logiciels de reconnaissance de caractères et Nuance Communications, qui développait des systèmes de dictée vocale. Au catalogue des produits vendus par Nuance figure Dragon Naturally Speaking, le logiciel de dictée vocale destiné au grand public et aux professionnels.
Dans le domaine de la sécurité, c’est le nouveau XC 90 de Volvo qui semble avoir marqué les esprits. La marque suédoise équipe son SUV d’un système de freinage automatique à une intersection en cas de risque de collision. Cette solution est basée sur une caméra embarquée développé par l’américain Delphi, la RACam, qui combine les images à des données télémétriques provenant du radar auquel elle est couplée. Ainsi le système permet également de prévenir les sorties de route, de surveiller les angles morts de la voiture … Dans la course que se livraient BMW et Audi pour mettre sur le marché les premiers éclairages laser, c’est le premier qui l’a emporté. Son coupé i8 qui sortira en novembre en sera équipé. Consommant moins d’énergie, ces phares offrent également une puissance supérieure aux phares à LED. Autre innovation en matière de sécurité, l’essuie-glace de Valeo, qui intègre un lave-glace. Outre un gain de poids de 2 kilogrammes, intéressant dans les efforts que font les constructeurs pour diminuer le poids et donc la consommation des véhicules, ce produit, l’AqueBlade, améliore la visibilité du conducteur puisque l’eau projetée est immédiatement balayée. L’enjeu n’est d’ailleurs pas seulement d’apporter plus de confort et de sécurité pour le conducteur, mais de préparer l’arrivée des voitures autonomes. Préfigurée par la Google Car, cette nouvelle catégorie de véhicules utilisera toute une batterie de capteurs pour piloter la voiture sans intervention humaine. Mais où l’esprit humain peut prendre une décision basée sur son expérience, sur la probabilisation d’une situation à partir des données observées auparavant (par exemple lorsque l’on sort d’un tunnel face au soleil, on va adapter sa conduite en sachant que le véhicule précédent se trouvait à telle distance et roulait à telle vitesse, pour compenser la perte de vision consécutive à cet éblouissement). Or pour offrir un maximum de sécurité, ces différents capteurs qui équiperont les voitures autonomes doivent être opérationnels en permanence, ou pratiquement. Et ce créneau de la voiture autonome commence à intéresser d’autres industriels. A l’occasion du Mondial de l’Automobile, le groupe Ligier a annoncé travailler sur une voiture sans conducteur pour transporter des personnes dans des lieux tels que des gares, des aéroports. Loin d’être une lubie d’ingénieurs ou un caprice d’industriels en mal de nouveaux marchés la voiture sans conducteur est une réponse à l’un des défis majeurs des prochaines années : le vieillissement des populations des pays industrialisés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here